User Tools

Site Tools


ipm:analyse_hierarchique_taches

Analyse hiérarchique des tâches

Au cours des dernières décennies de nombreux modèles ont été proposés pour formaliser l'analyse des tâches. Les modèles les plus élémentaires s'inté-ressent essentiellement à la décomposition des tâches en sous-tâches (Hierar-chical Task Analysis). Par exemple, pour effectuer la tâche suivre un cours il faudra réaliser les sous-tâches trouver les informations relatives au cours, s'inscrire, suivre les séances, effectuer les travaux demandés, assimiler la ma-tière, passer l'examen. Le résultat d'une analyse selon ce modèle est en géné-ral représenté graphiquement sous forme d'un arbre, comme sur la Figure 2.

On notera que l'arbre peut présenter des alternatives. Par exemple, seule l'une des sous-tâches Payer cash et Payer par carte doit être exécutée. Ce type d'interdépendance entre tâches peut être spécifié par un plan d'exécution. Dans le cas présent, le plan pourra indiquer « Suivant le choix du client exécu-ter Payer cash ou Payer par carte ». Un plan peut être fournit pour chaque ni-veau de décomposition, il spécifie des contraintes sur l'exécution des sous-tâches.

On peut également caractériser les tâches par des attributs tels que:

pré-requis : l'utilisateur a-t-il besoin de connaissances particulières pour ac-complir la tâche?

fréquence : la tâche est elle accomplie souvent, de temps en temps, rarement ?

objets : quels sont les objets physiques dont il faut disposer pour exécuter la tâche ?

reproduction : peut-on reproduire l'environnement physique (les objets) requis dans un système informatique ?

importance : la tâche est-elle critique pour le fonctionnement du système?

complexité : faut-il des capacités humaines particulières (motrices, cérébrales, cognitives, verbales, …) pour réaliser la tâche?

Par exemple, la tâche Consulter catalogue n'a pas de pré-requis (si ce n'est savoir lire et écrire); elle est très fréquente; il faut disposer d'objets physiques : catalogue, bloc-notes, crayon; on peut la reproduire informatiquement sur un écran; elle est critique pour le fonctionnement du magasin et ne requière pas de capacités particulières.

Modèles hiérarchiques à contraintes temporelles formelles

Des notations plus sophistiquées, telles que ConcurTaskTree, permettent de spécifier formellement les dépendances temporelles entre tâche (séquence, alternatives, parallèlisme, déclenchement, interruption, etc.).

Cependant, comme nous l'avons indiqué plus haut, la phase d'analyse des tâches proprement dite concerne le quoi et non pas le comment. On évitera donc de se laisser entrainer à trop préciser l'interaction humain-machine. Il s'agit surtout d'identifier les tâches et d'en présenter les composantes essen-tielles. C'est au moment de la conception (design) de l'interface que l'on com-plètera l'arbre en y ajoutant les détails du comment. Fixer trop de choix au moment de l'analyse risque de restreindre inutilment les choix de conception possibles.

Par exemple, pour un système de réservation de billets de train, l'analyse dira que la tâche Réserver comprend les sous-tâches Indiquer-ville-départ, Indi-quer-ville-arrivée, Choisir-classe mais n'indiquera pas dans quel ordre les ef-fectuer car n'importe quel ordre pourrait convenir. Lors de la conception de l'interface on pourra décider de la contrainte temporelle Indiquer-ville-départ puis Indiquer-ville-arrivée et enfin Choisir-classe.

ConcurTaskTree

La notation ConcurTaskTree (CTT) (Mori et al. 2002) (Paterno et al. 1997) se caractérise par une décomposition hiérarchique des têches, une catégorisation des tâches en fonction des acteurs, l'expression des relations temporelles entre tâches à l'aide d'opérateurs (opérateurs LOTOS) et une représentation des échanges de données entre tâches.

CTT a été conçue avant tout pour simplifier le design d'applications interac-tive, contrairement à d'autre notations orientées vers l'analyse des systèmes de travail. Une description de tâche CTT est composée d'un nom, d'un type, d'une liste ordonnée de sous-tâches (décomposition hiérarchique), de relations tempo-relles entre les sous-tâches et d'objets d'entrée et de sortie (nom, type). On distingue quatre types de tâches :

Utilisateur : tâche entièrement réalisée par l'utilisateur, par exemple, choisir un hôtel dans une liste

Application : tâche entièrement réalisée par l'application, par exemple: calcu-ler la route la plus courte de A à B

Interactive : tâche réalisée par une interaction entre utilisateur et système et initiée par l'utilisateur trouver la définition d'un mot dans un diction-naire

Abstraite : tâches nécessitant une interaction complexe. Elle sera décomposée en sous-tâches de différents types

Les sous-tâches d'une tâche T doivent être du même type que T, sauf si T est de type abstraite. Dans ce dernier cas ses sous-tâches doivent être soit toutes abstraites, soit d'au moins deux types différents.

Relations temporelles

Opérateur Signification
T1 ||| T2 imbrication: actions en parallèle
T1 |[]| T2 synchronisation: échange d'information
T1 >> T2 activation: fin de T1 déclenche T2
T1 |=| T2 ordre quelconque: T1 » T2 ou T2 » T1
T1 []>> T2 activation avec passage d'information
T1 [] T2 choix: soit T1 soit T2
T1 [> T2 désactivation: dès qu'une action de T2 se pro-duit, T1 est désactivée
T1 |> T2 interruption: T2 peut interrompre T1, T1 peut reprendre à la fin de T2
T* répétition 0, 1, plusieurs fois
T(n) répétition finie: nb. d'itérations spécifié
[T1] option: T1 n'est pas obligatoirement effectuée

On représente la décomposition en sous-tâches par un arbre où les descendants d'un noeud sont liés entre eux par l'une des relations temporelles.

Exemples

1. Quand on réserve un billet on peut fixer la ville de départ et d'arrivée dans n'importe quel ordre, même en parallèle.

2. Utilisation (simplifiée) d'un application qui permet de modifier des données. Chaque modification doit être confirmée avant son exécution par la machine.

La modélisation CTT peut s'appuyer sur différents outils tels que

  • un éditeur de diagrammes
  • un simulateur interactif (présente les tâches possibles à chaque ins-tant et l'utilisateur sélectionne celle qu'il veut exécuter)
  • un analyseur de chemins (vérifie s'il existe une séquence d'actions commençant par une action A1 et finissant par A2
  • un générateur automatique d'interfaces (après avoir complété la des-cription des tâches avec les types de données traitées et les choix d'ob-jets d'interface)
ipm/analyse_hierarchique_taches.txt · Last modified: 2012/06/02 22:56 by gilles