User Tools

Site Tools


evinfo

Évolutions et limites de l'informatique, des technologies, de la sciences

La singularité

« La singularité technologique est un concept, selon lequel, à partir d'un point hypothétique de son évolution technologique, la civilisation humaine connaîtra une croissance technologique d'un ordre supérieur. […] Au-delà de ce point, le progrès ne serait plus l’œuvre que d’intelligences artificielles, elles-mêmes en constante progression. » (Wikipedia)

La fin de la science

Une idée défendue par John Horgan dans son livre The End of Science et dans l'article The End of Science Revisited (IEEE Computer, Jan. 2004).

  • La science elle-même nous dit qu'il y a des limites à la connaissance. On ne peut voyager plus vite que la lumière (relativité), il y a des limites aux prédictions (mécanique quantique et chaos), nous sommes des animaux conçu pasr sélection naturelle (biologie).
  • La science a avancé extraordinairement vite durant les derniers siècles, elle se rapproche donc de plus en plus vite des limites. Il y a peu de chances que des découvertes aussi extraordinaires que la théorie de l'évolution, la relativité, la génétique basée sur l'ADN, la mécanique quantique ou le big bang se reproduisent souvent.
  • De nombreux programmes scientifiques sont des échecs patents : la fusion thermonucléaire, l'intelligence artificielle générale, et tous ceux cités dans The End of Science. Même les mathématiques, qui théoriquement n'ont pas de limites dans leur invention de concepts, se heurtent aux capacités humaines à comprendre des concepts hautement abstraits et des preuves de plus en plus longues. Quand aux neurosciences, si elles arrivent à analyser toutes les parties du cerveau, elles n'arrivent pas à “recoller les morceaux”
  • Cependant Horgan incite les jeunes à devenir des scientifiques, il y a encore beaucoup de choses à comprendre et des solutions à trouver : traitements du cancer ou de la schizophrénie, énergies renouvelables, etc </span>

Le futur dans la science fiction

La science fiction est une forme de “simulation” et l'occasion de pousser les curseurs à fond et de voir se qui se passe … Les concepts explorés sont puissants car ils sont à l'origine des nouveaux termes comme cyber-espace ou la singularité.

De la technologie, mais plus d'organisation sociale

Maurice Dantec décrit dans plusieurs livres des mondes où la technologie a progressé, mais où les organisations sociales se sont effondrées. Le monde est devenu un chaos, la vie y a peu de prix, la loi et l'ordre n'y ont plus de place. En lisant ces livres et en écoutant les nouvelles du monde, on peut parfois (souvent) penser qu'il n'est pas si loin de la vérité.

  • Babylon Babies 2001 : Paris : Gallimard, 719 p. (Folio SF ; 47). (ISBN 2-07-041753-0)
  • Villa Vortex : Liber mundi tome 1 .2004 : Paris : Gallimard, 843 p. (Folio SF ; 189). (ISBN 2-07-031706-4)
  • Cosmos Incorporated 2006 : Paris : Librairie Générale Française, 572 p. (Le Livre de poche ; 30707). (ISBN 978-2-253-11994-4)
  • Grande Jonction 2008 : Paris : Librairie Générale Française, 885 p. (Le Livre de poche ; 30925). (ISBN 978-2-253-12097-1)
  • Artefact : Machines à écrire 1.0 2010 : Paris : Librairie Générale Française, 540 p. (Le Livre de poche ; 31631). (ISBN 978-2253128168)
  • Comme le fantôme d'un jazzman dans la station Mir en déroute 2009 : Paris : Albin Michel, 210 p. (ISBN 978-2226188755)
  • Métacortex : Liber mundi tome 2 2010 : Paris : Albin Michel, 816 p. (ISBN 978-2226195696)
  • Satellite Sisters 2012 : Paris : Ring, (ISBN 979-1091447003)

William Gibson, inventeur du terme cyberespace, nous décrit aussi des univers proches. Ce que nous reconnaitrions comme une forme du Web y occupe la place central.

  • Trilogie de la conurb :
    • 1.Neuromancien 1984
    • 2.Comte Zéro 1986
    • 3.Mona Lisa s'éclate 1988
  • Trilogie du pont:
    • 1.Lumière virtuelle 1993
    • 2.Idoru 1996
    • 3.Tomorrow's Parties 1999
retour de l'organisation sociale mais plus de technologie

Robert Charles Wilson décrit dans “Julian”, la société nord américaine après la fin du pétrole (2170). Cette société est un retour aux organisations politiques du XIXe siècle. Notre période actuelle est décrite comme celle de la “fausse affliction”. La technologie fait un bond en arrière, l'électricité est un luxe (les génératrices sont produites en Suisse!). Mais des pans entiers de connaissance sont perdus, Einstein, Darwinn sont mis à l'index par le pouvoir religieux. Les autres livres de Charles Wilson, mette en place une situation particulière. Dans Spin, la terre est entourée par une barrière temporelle. Dans Darwinia, l'Europe est soudainement remplacée par une forêt préhistorique avant la première guerre mondiale. Dans Le Vaisseau des voyageurs, l'immortalité est proposée à l'humanité (intéressant car un des objectifs de la singularité est l'immortalité).

  • Spin, coll. Folio SF no 362, en 2010
  • Le Vaisseau des voyageurs, coll. Folio SF no 240, en 2006
  • Darwinia, Denoël, coll. Folio SF no 151, en 2000
  • Julian, Denoël, coll. Lunes d'encre, 2011 trad. Gilles Goullet
toujours plus de technologie, vers la singularité

Vernor Vinge est l'un des premiers à décrire la possibilité de la singularité est une magnifique illustration des miracles et danger de la technologie.

  • Rainbows End, Robert Laffont,Prix Hugo du meilleur roman et prix Locus du meilleur roman de science-fiction en 2007

Dan Simmons, dans “les Cantos d'Hypérion”, décrit un univers où la singularité est largement franchie. Du même auteur, Illium et Olympos va au delà de l'immortalité pour certain humain en leur donnant le pouvoir des dieux (ceux de la grèce antique, ils vivent sur mars …).

  • Les Cantos d’Hypérion
    • 1.Hypérion 1989
    • 2.La Chute d'Hypérion 1990
    • 3.Endymion 1996
    • 4.L'Éveil d'Endymion 1997
  • Ilium et Olympos
    • 1.Ilium 2003
    • 2.Olympos 2005
evinfo.txt · Last modified: 2013/07/07 19:56 by admin